<Zurich Film Festival
Sorties et actualités Cinema sur cinema.ch Cinéma à Lausanne et Genève

Publicité

Rencontre avec John Cusack

·


Souriant et détendu dans le petit salon d’un palace londonien, John Cusack semble ravi de parler de son dernier film, The Raven, un thriller d’époque sur lequel il a visiblement eu beaucoup de plaisir à travailler : « 2011 était vraiment une bonne année. Parfois, quand on regarde en arrière, on n’est pas satisfait par son travail, mais là j’ai eu de la chance avec Poe, c’était génial de bosser là-dessus ! »



Cusack incarne le poète et écrivain Edgar Allan Poe et sort, malgré tout le plaisir dont il peut parler avec emphase, d’un travail plutôt exigeant. Il a en effet préparé son rôle en lisant sur Poe, mais également en lisant Poe. A l’instar des scénaristes, il a exploré les poèmes et textes de l’écrivain et dégagé des impressions et émotions utiles pour construire son personnage, un individu plutôt contrasté. Cusack avoue que dans ses souvenirs scolaires – Poe est un auteur incontournable dans le cursus des collégiens américains – il se rappelait de la mélancolie et du romantisme sombre, mais pas de l’esprit vif et du cynisme du poète. Il s’est beaucoup investi dans le personnage, restant parfois à l’écart avec « son » Poe hors tournage, mais il n’en est néanmoins pas ressorti obsédé par cet excentrique du XIXe siècle.

L’obsession pour une figure artistique mythique reste cependant au cœur du film, puisque qu’un meurtrier reproduit les crimes créés par Poe dans ses contes. Cusack n’a lui-même jamais expérimenté une telle fascination malsaine de la part de ses fans. « C’est facile, il suffit de s’enfuir des feux des projecteurs», rigole-t-il, mais il reconnaît que les dérapages restent fréquents, surtout aux USA, et que les médias de masse et l’addiction qu’ils engendrent ne rendent pas la chose facile. Les faibles deviennent les proies de la fascination, un peu à l’image du meurtrier de Baltimore qui lit les feuilletons de Poe dans le journal local. Poe écrit également le déroulement de l’enquête dans le quotidien qui l'emploie, crée un dénouement et devient de ce fait un personnage d’une de ses fictions, un aspect qui a beaucoup plu au réalisateur, mais également à Cusack qui s'enflamme : « Déconstruire la prose, chercher qui rêve qui, l’écrivain ou l’assassin, c’est sans fond et c’est vraiment cool !"

Au-delà de la réflexion artistique, Cusack a apprécié le projet à cause de la personnalité anticonformiste de Poe, de sa figure de rebelle : « Au XIXe siècle, Poe est encore ce qui se rapproche le plus d’une rock star aux Etats-Unis » réfléchit-il. Des personnages non conventionnels qui séduisent l’acteur et qu’il souhaiterait incarner dans ses propres productions, « Le monde ne doit pas être sauvé par des héros, mais il doit être sauvé des héros ! Cela dit, tant que le script est intéressant, anti-héros ou héros, je m’investis » précise-t-il.  Cet acteur exilé à Chicago se voit-il alors comme un anti-héros d’Hollywood ? « ça sonne très cool », sourit-il, « enfin, tant que ce n’est pas moi qui le dis et que c’est vous qui l’écrivez ! »

The Raven sortira en Suisse courant Juin 2012


Par Aureliane Montfort – le Dimanche 11 Mars 2012
Vous appréciez cet article, aidez-nous à le promouvoir: