<Zurich Film Festival
Sorties et actualités Cinema sur cinema.ch Cinéma à Lausanne et Genève

Publicité

Morsay, la vulgarité dans toute sa sincérité.

·

Morsay, Truand 2 la Galère, le grand phénomène du web n’a cessé de provoquer des fous rires dans toute la France et même jusqu’en Suisse. Connu pour ses vidéos sur Youtube dont celle –qui a démarré le buzz intitulé Menace à internet– où Morsay dans un langage peu raffiné insulte ses contradicteurs (principalement les internautes préadolescents de Jeuxvidéo.com) et les menace de les attacher pour qu’un inconnu les sodomise. Derrière cette violence envers la langue de Molière se cache un règlement de compte qui a démarré lorsque les internautes de Jeuxvidéo.com ont commencé à tourner en ridicule les clips de rap que Morsay et ses Truands 2 la Galère ont modestement réalisé dans leur banlieue. Sa musique bien que simpliste représente –selon Morsay– les « galériens de banlieue. » Dans l’ensemble, ses clips font preuve d’un certain amateurisme mais, en considérant son milieu social et sa situation,  sont appréciables et dégagent une authentique classe difficilement définissable. Peut-être est-ce dû à une naïveté qui en ressort (malgré les paroles) que certains ont aisément qualifié de stupidité.

Quelques nouvelles vidéos, clips, règlements de compte et une candidature à la présidence, Morsay et son frère, Zehef tournent un film basé sur une histoire vrai nommé : La Vengeance. Financé par leur propre marque de vêtement « Truand 2 la Galère », le film, sorti récemment, est un candidat potentiel pour entrer dans la légende des Nanars. Les faux raccords foisonnent, le son est terriblement mal traité voire pas du tout et le jeu des acteurs est vraiment mauvais. Fou rire garanti pour ceux qui regarderaient les deux heures et dix minutes du film. De plus, l’histoire est classique : Morsay et Zehef font de la prison à cause d’une bavure policière ; le policier, chef d’un gang de skinhead et fan de Slayer est suspendu des ses fonctions. Durant tout le film, il cherche à se venger de Morsay. Quant à Zehef, il fait fortune en vendant les vêtements estampillés « Truand 2 la Galère ». Après une heure et quarante minutes, le groupe d’amis « ne mange[ant] pas la vengeance comme un plat froid mais crue » se dirige vers la planque des skinheads pour venger Morsay qui vient d’être blessé.

Pourquoi s’intéresser à un film « de banlieue » ? Il y a déjà des films comme La Haine, Ma 6-T va crack-er, Hexagone ou encore Thé au Harem d’Archimède qui traitent du phénomène des banlieusards français et du racisme ambiant. Ce qu’il y a de particulier dans La Vengeance est que le fond comme la forme respire l’ambiance de la Cité ; un home made empli de bonne volonté et comme le dit Zehef dans un interview de Mouloud : « La chose la plus importante qu’il faut que tu te dises : on a pas fait d’école de cinéma, on n’a pas été loin dans les études. »

Ci-dessous le lien pour un interview exclusif de Morsay dans son magasin où il s’explique en toute sincérité devant Mouloud. « Cliquez bande de salope ! »  

 

http://canalstreet.canalplus.fr/tendances/ecrans/interview-de-morsay-et-zehef-par-mouloud-achour

Par Nam Pham – le Lundi 26 Mars 2012
Vous appréciez cet article, aidez-nous à le promouvoir: