<Zurich Film Festival
Sorties et actualités Cinema sur cinema.ch Cinéma à Lausanne et Genève

Wilaya - Wilaya

Poster - Film Wilaya
Sorti le 30 Mai 2012 · Drame
Réalisé par Pedro Pérez Rosado
Avec Aziza Brahim, Nadhira Mohamed et Memona Mohamed.
« Fatimetu est née d'une famille Sahrawi dans le désert algérien. Après avoir été envoyé en Espagne dans une famille d'adoption, elle retourne 16 ans plus tard, suite à la mort de sa mère, dans le camp de réfugiés d'où elle est originaire. Fatimetu y est attendue par son frère, Jatri, qui exige qu'elle s'occupe de leur s'ur handicapée, Hayat. S'ennuyant ferme, la jeune femme "moderne" se lance, au volant de sa jeep, dans une affaire de transport entre Wilaya (petites divisions administratives africaines). Partagée entre sa vie en Espagne et celle dans le désert, Fatimetu ne sait plus vraiment d'où elle vient. Se tissent alors des liens complexes entre les membres de cette grande famille saharienne recomposée. »

Claustrophobie désertique


Critique par Elie Aufseesser – Cinema.ch

Du sable. Encore du sable. Toujours du sable. Des cailloux. Comment résumer autrement un désert comme celui du Sahara ? Le soleil peut-être, la chaleur étouffante. Cette asphyxie, c’est justement ce qui est en jeu dans le film de l’espagnolPedro Pérez Rosado. Non pas que les personnages soient victime de déshydratation ou que vous aurez le droit à une bande d’aventuriers perdus dans le désert à la manière du très faible Les Chemins de la Liberté (Peter Weir, 2011). Il s’agit au contraire d’un retour aux sources (plutôt sèches).

D’un point de vu narratif cette histoire est un peu le verso de Va vis et deviens (Radu Mihaileanu, 2004) qui racontait l’histoire d’un jeune éthiopien adopté par une famille israélienne. Là où ce film se concentrait principalement sur la difficile adaptation du falashas à sa nouvelle vie et se terminait sur son retour dans le désert auréolé d’un diplôme de médecin, Wilaya débute et finit par l’arrivée peu glorieuse d’une exilée dans son village.

Fatimetu débarque donc dans ce monde d’où elle vient mais qui lui est désormais complètement étranger. Maintenant elle a un copain, n’est pas mariée et porte des jeans. Ici les femmes sont voilées, leur unique souci est de trouver un époux et un frigo pour leur tente. Le décalage va d’emblée faire surgir un message assez désagréable, l’incompatibilité entre la modernité et cette culture aux traditions vieilles comme les dunes sur laquelle elle repose. Cela se traduit, chez les personnages, par une incapacité profonde de communiquer. Tous écrasés par les codes sociaux et moraux de la région, ils s’interrogent les uns les autres, sans jamais recevoir de réponses. Un peu à l’image du film.

En effet un peu trop sage formellement, le film n’est pas transcendé par son propos non plus. Il peine à prendre parti, à délivrer un message, même si l’on sent un arrière fond féministe malheureusement mal exploité car superficiel. Bien que l’ambigüité soit souvent salutaire au cinéma, ici l’on parlerait plutôt de paresse. Peu d’audace, rien de fondamentalement raté, mais une caméra peu encline à nous révéler la beauté des paysages ou la dureté des wilayas et qui reste cantonnée à des plans trop peu révélateurs. Un moment intéressant d’un point de vu ethnographique (vous y apprendrez deux ou trois choses si vous ne connaissez pas cette culture) mais pour du grand cinéma, vous repasserez. Un désert peut-être trop vaste pour un petit film.

Bande annonce & Vidéos

Fans



Cette fiche/critique a été consultée 570 fois