<Zurich Film Festival
Sorties et actualités Cinema sur cinema.ch Cinéma à Lausanne et Genève
Affiche Film Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes

Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes - Girl With The Dragon Tattoo

Poster - Film Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes
Sorti le 18 Janvier 2012 · Drame
Réalisé par David Fincher
Avec Christopher Plummer, Stellan Skarsgård, Daniel Craig, Robin Wright Penn et Julian Sands.
« Mikael Blomkvist, brillant journaliste d'investigation, est engagé par un des plus puissants industriels de Suède, Henrik Vanger, pour enquêter sur la disparition de sa nièce, Harriet, survenue des années auparavant. Vanger est convaincu qu'elle a été assassinée par un membre de sa propre famille. Lisbeth Salander, jeune femme rebelle mais enquêtrice exceptionnelle, est chargée de se renseigner sur Blomkvist, ce qui va finalement la conduire à travailler avec lui. Entre la jeune femme perturbée qui se méfie de tout le monde et le journaliste tenace, un lien de confiance fragile va se nouer tandis qu'ils suivent la piste de plusieurs meurtres. Ils se retrouvent bientôt plongés au coeur des secrets et des haines familiales, des scandales financiers et des crimes les plus barbares ... »

Le feu sous la glace


Critique par Aureliane Montfort – Cinema.ch

Après la série télévisée et la trilogie cinéma basée sur les romans à succès de Stieg Larsson, les spectateurs fans d'intrigues politico-policières glauques et froides seront ravis par la version de David Fincher. Soulignons tout de suite la nuance, Fincher ne nous livre pas ici le remake américain du film scandinave, mais sa lecture à lui du roman à suspense, en gardant les mêmes personnages suédois, le Stockholm urbain, berceau du magazine Millenium, les paysages enneigés balayés par la solitude du Norrland ou les relents nationalistes hérités de la Seconde Guerre. Fait étonnant, en multipliant les effets de réels suédois (logo de la compagnie de train, chaînes de télé, supermarché, steak d'élan, ainsi que quelques acteurs locaux...) à l'intention du spectateur international, Fincher parvient même à montrer une Suède "plus suédoise" que celle du film original, sans tomber dans le cliché Ikea.

Le réalisateur présente ici une parfaite maîtrise du feu sous la glace ambiant, combinaison emblématique du roman, que ce soit dans la peinture de l'histoire d'un pays placide qui couve encore des démons fascistes, celle des pervers débonnaires en façade qui abusent des cas sociaux, ou plus précisément le personnage de Lisbeth, bombe à retardement caché sous un look goth glacial, incarnée par Rooney Mara (The Social Network) qui parvient à retransmettre - tout comme l'avait fait sa collègue Noomi Rapace - le côté passif-aggressif de l'héroine Asperger et génie informatique, de manière presque mécanique. Electrifiant et pourtant terriblement réfrigérant, le film fouette le spectateur comme un givre brûlant et énergisant, dès une ouverture cyber-punk huileuse proprement hallucinante où défile le générique initial, à travers les notes des oscarisés Trent Reznor et Atticus Ross (The Social Network)

Le rythme soutenu, tantôt électrifiant, tantôt pesant, se ramollit malheureusement au moment du final d'après le final. Restent un formidable travail sur l'atmosphère particulière de la scène du crime et des acteurs au diapason avec une ambiance sourde et gelée qui s'enflamme en un rien de temps.

10 Photos

« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »« Les Millenium - Hommes Qui N'aimaient Pas Les Femmes (2011) »

Fans



Cette fiche/critique a été consultée 1406 fois