<Zurich Film Festival
Sorties et actualités Cinema sur cinema.ch Cinéma à Lausanne et Genève
Affiche Film Haywire

Haywire

Poster - Film Haywire
Sorti le 11 Juillet 2012 · Action
Réalisé par Steven Soderbergh
Avec Michael Douglas, Antonio Banderas, Ewan McGregor, Bill Paxton et Mathieu Kassovitz.
« Mallory Kane est engagée par un groupe d'entités afin d'accomplir des tâches interdites par le gouvernement que les chefs d'états préfèrent tout simplement ignorer. Après une mission de sauvetage risqué d'un hôtage à Barcelone, Mallory est rapidement envoyée sur une autre mission à Dublin. Lorsque la mission tourne au vinaigre et que Mallory réalise qu'elle a été piégée, elle doit utiliser tous ses dons, astuces et capacités afin d'échapper à une traque internationale lancée contre elle. Elle doit retourner aux USA afin de protéger sa famille et donner une leçon à ceux qui l'ont trahie. »

Le pire film de la compétition ?


Critique par Nam Pham – Cinema.ch

Le film de Soderbergh est peut-être le plus mauvais de la compétition. Rien que la lecture du scénario d’Haywire promet une grande perte de temps. Une jeune femme débarque dans un café, un homme entre, entame une discussion avec elle. Soudain, il lui jette son café au visage et commence à la cogner durement mais la jeune fille ne se laisse pas faire, renverse la situation, lui casse un bras et s’enfuit à bord d’une voiture. Cette fille, c’est Mallory Cane et elle travaille pour une agence privée qui s’occupe des opérations à risque. Trahie par ses supérieurs, l’agent va les traquer à travers le monde… De ce script mille fois exploitées (quelques exemples de ces « milles » : The Bourne Identity, Red, Mr and Mrs Smith,…), on en a vu des meilleurs  ; Haywire traîne, ne possède pas de rythme entraînant qui ferait de lui un bon divertissement tourné vers l’action. On se lasse rapidement des acrobaties de Mallory incarnée par Gina Carano, ex-adepte des Mixed Martial Arts. Certes, les scènes de combat sont impressionnantes ; Miss Carano gère à merveille ses techniques et en écrase plus d’un. D’ailleurs, certains et certaines prendraient peut-être plaisir à voir des acteurs comme Michael Fassbender se faire littéralement rétamer par une femme. Mais ceci n’est point nouveau si l’on pense aux premières héroïnes au « fort tempérament » (Ellen Ripley d’Alien ou Tom Raider) même si pour le cas de Haywire, au lieu de jouer du pistolet c’est plutôt les poings qui parlent. Malheureusement, l’actrice est peu crédible dans le rôle d’une agent surentrainée, rapide, précise et qui cogne fort. Même accompagnée par de grands noms (Antonio Banderas, Michael Fassbender, Ewan McGregor, Michale Douglas) le niveau du film reste au plus bas. Pourtant, le réalisateur avait fait mieux que cela. On reconnaît le style de Steven Sodebergh : les fameuses scènes avec une musique jazzy qui font tout le charme d’Ocean’s Eleven, Twelve et Thirteen se retrouvent dans Haywire. Tandis que dans les Oceans, ces séquences montraient les préparatifs pour le casse, celles de Haywire coupent nettes l’action et sont trop nombreuses –au bout de la cinquième séquence de ce genre, l’effet « cool » disparaît aussi net que la qualité du film est inexistante. Après réflexion, le dernier film de Steven Soderbergh est, peut-être, le pire film de la Berlinale mais a l’avantage d’être sans prétention.

Bande annonce & Vidéos

4 Photos

« Haywire (2010) »« Haywire (2010) »« Haywire (2010) »« Haywire (2010) »

Fans



Cette fiche/critique a été consultée 855 fois