<Zurich Film Festival
Sorties et actualités Cinema sur cinema.ch Cinéma à Lausanne et Genève

Publicité

En compétition

Notre podium:

1 · Tabu   
 

Par Adrien Bordone
« Poème cinématographique. Le nouveau film du réalisateur portugais Miguel Gomes se divise en trois parties, chacune elle-même sous-divisée en séquences que viennent identifier une date ou un mois de l’année. A l’intérieur de ces séquences, tournées e... »

2 · Jayne Mansfield's Car   
 

Par Nam Pham
« Bons sentiments en Alabama. Le scénario du dernier film de Billy Bob Thornton est simple : deux familles réunies suite à la mort d’une femme –premièrement mariée à Jim Cadwell (Robert Duvall) puis à un anglais, Kinsley Bedford (John Hurt). Les deux famill... »

3 · Postcards from the Zoo   
 

Par Nam Pham
« Bons souvenirs du zoo. Cette production internationale (Indonésie, Allemagne, Hong Kong, Chine) a pour thème un sujet bien connu de tous : la nostalgie. Plus exactement, celle de notre enfance. Le cadre de Kebun Binatang (Postcards from the Zoo) se situe dans un zoo presque magique voire imaginai... »

4 · Barbara   
 

Par Nam Pham
« Amour de docteur. Barbara, interprétée par Nina Hoss (Something to Remind Me, Wolfsburg) nous emporte aisément dans son intrigue. Le rythme est lent mais peu à peu le charme discret de Barbara nous convainc de la suivre jusqu’au bout du film. Contrairement à la plupart des p... »

5 · Aujourd'hui   
 

Par Adrien Bordone
« Danse et cinéma. Il est rare de voir un film aussi non-verbal que « Aujourd’hui », le troisième long-métrage d’Alain Gomis. Non-verbal car en opposition avec le cinéma habituel qui tend, lui, à nous habituer à des suites dialoguées entre visages ... »

Hors compétition

1 · Flying Swords Of Dragon Gate   
 

Par Nam Pham
« Du spectaculaire en relief ; la 3D tant attendue est enfin arrivée.. Grand moment historique ! Il y a de forte chance que Flying Sword of Dragon Gate entre dans les annales de l’Histoire du cinéma en tant que première grosse production utilisant correctement la 3D. Dans ce film chinois –au... »

2 · Bel Ami   
 

Par Nam Pham
« Point de moustache pour le dandy. La première question que l’on se pose quand on voit le casting de Bel-Ami est sans nul doute : Robert Pattinson interprètera-t-il un bon Bel-Ami ? A cause (ou grâce ?) à la série des Twilight, l’acteur possède une r&eac... »

3 · Extremely Loud And Incredibly Close   
 

Par Adrien Bordone
« Extrêmement lourd et incroyablement long. Structuré un peu à la manière d’un compte de fée, le dernier film de Stephen Daldry (Billy Elliot, The Hours, Le Liseur) nous invite à plonger, avec le petit Oskar Schnell, 9 ans, dans une course au trésor atypique au beau mil... »

4 · Haywire   
 

Par Nam Pham
« Le pire film de la compétition ?. Le film de Soderbergh est peut-être le plus mauvais de la compétition. Rien que la lecture du scénario d’Haywire promet une grande perte de temps. Une jeune femme débarque dans un café, un homme entre, entame une discussion avec elle. Soudain... »

News du Festival

· Michel Piccoli récompensé aux "Oscars" italiens

Ophelie Steinmann
« Ce vendredi 4 mai s’est déroulée à Rome la cérémonie des David de Donatello, l’équivalent italien des Oscars. Lors de ce haut lieu du cinéma transalpin, Michel Piccoli a été récompensé pour son rôle dans Habemus Papam. L’acteur de 86 ans a démontré une fois de plus son talent cinématographique dans ce film de Nanni Moretti – président du jury de l’édition 2012 du Festival de Cannes – en y jouant un cardinal saisi par la panique lorsqu’il est élu pape ; un rôle humain et touchant qui correspond indéniablement à Monsieur Piccoli.Le prix du meilleur film revient, quant à lui, aux frères Paolo et Vittorio Taviani, réalisateurs de Cesare deve morire déjà récompensé cette année du prestigieux Ours d’or du meilleur film au Festival de Berlin. Entièrement tourné dans la prison de Rebibbia (banlieue de Rome), le documentaire – qui est une adaptation libre de la pièce Jules César de Shakespeare interprétée par des détenues purgeant de lourdes peines – remport... »
675 lectures

· Berlinale 2012. Le Palmarès de la 62ème édition.

Nam Pham
« La 62ème édition de la Berlinale décerne l’Ours d’Or au film des frères Taviani : Cesare deve morire et le second prix, l’Ours d’Argent à Just The Wind de Bence Fliegauf. Ce dernier a également raflé le prix d’Amnesty International et celui du Peace Film Award. Il semble que ce film engagé sur une thématique actuelle ait touché le cœur du jury ; la cause des Tziganes sera peut-être mise en avant grâce à ce film –même si l’ennui risque de perturber le message. Quant à Cesare deve morire, on se demande quels ont été les critères de Mike Leigh et son équipe ; critères qui resteront impénétrables. Quoique l’on dise (d’un ton sarcastique), le film des frères Taviani reste une valeur sure et limite les « risques » ; en d’autres termes, le jury ne se mouille pas trop en primant des cinéastes reconnus. L’excellent Tabu de Michel Gomes a tout de même gagné le prix Alfred Bauer (récompense en mémoire du fondateur du festival) pour un trava... »
922 lectures

· Berlinale 2012. Bilan à mi-parcours

Nam Pham
« En cette Saint-Valentin, la Berlinale arrive à sa moitié ; il est temps de faire un petit bilan des films projetés jusqu’à maintenant. En terme général, les films –toutes catégories confondues– sont d’excellentes qualités même si l’on peut déplorer quelques films un brin ennuyeux comme Météora ou Extremely Loud and Incredibly Close de la Compétition Internationale. Quant aux autres catégories, la Retrospective. The Red Dream Factory nous a procuré de grands moments de bonheur entre rire et admiration pour les pianistes qui accompagnent les films muets soviétiques ou allemands. La catégorie Panorama contient une bonne quantité de film bien disparate mais dont la curiosité du spectateur n’en est pas moins éveillée. Les fictions ne sont pas nécessairement les plus intéressantes : le documentaire Marley sur le très fameux chanteur éponyme est à ce cinquième jour du festival, l’un des plus mémorable de sa catégorie. Tandis que la plupart des films que l’on qualifierait « d’auteurs » –majoritaire à la Berlinale– créent peu de surprise mais ne sont pas moins captivants. N’allez pas croire que seuls les films « ... »
858 lectures

· Berlinale 2012. L'OVNI de la Berlinale. Les nazis de l'espace !

Nam Pham
« Difficile de catégoriser Iron Sky : il contient un humour et une thématique typiques des Nanars mais d’un autre côté, le film de Timo Vuorensola a jouit d’un financement assez élevé pour concurrencer les grosses productions hollywoodiennes. Peu importe la nature du film, pourvu qu’il soit divertissant et/ou un brin intellectuel. Question divertissement, Iron Sky en foisonne ! Le synopsis promet déjà quelque chose de grandiose : en 1945, les nazis se sont réfugiés sur la face cachée de la lune. Ils n’attendent qu’une chose : envahir la Terre à bords de leurs soucoupes volantes. 2018, suite à la capture du premier astronaute noir de la Terre, Klaus Alder (Götz Otto), le futur Führer de la lune débarque à New York afin de ramener un puissant ordinateur qui ferait fonctionner une mystérieuse machine. Ce puissant ordinateur se tient dans une poche et se pare de la fameuse pomme croquée… Après une rapide investigation, Klaus Alder et sa fiancée, Renate Richter (Julia Dietze) deviennent une aide précieuse pour la compagne de réélection de la présidente des États-Unis ; qui n’est autre que Sarah Paline ! La suite devient de plus en plus fou : les nazis de la lune lancent l’opération Meteorblitzkrieg qui consistent à bombarder la Terre à bord des zeppelins de l’espace tandis que les chefs d’Etats, aussi comiques qu’irrespon... »
1330 lectures

· Berlinale 2012. The Red Dream Factory

Nam Pham
« Une des catégories la plus intéressante est sans nul doute, Retrospective qui comme chaque année depuis 1977 à la Berlinale, est dédiée à un important réalisateur ou un thème historique particulier. Plus précisément, c’est l’occasion de remettre au devant de la scène des petits bijous du cinéma allemand ou international. Cette année, la catégorie est dédiée aux films soviétiques et allemands des années 1922 à 1936 ; elle s’intitule The Red Dream Factory. En collaboration avec la Deutsche Kinemathek – Museum für Film und Fernsehen, le festival propose des grands classiques comme October d’Eisentein ou encore des petites raretés comme Gibel Sensazii, une histoire de robot contre prolétaire… Les films de cette Retrospective sont dus à la collaboration de Moisei Aleinikov, un producteur russe de la période tsariste et Willi Münzenberg, un communiste allemand. Les deux joignent leur force en 1922 pour produire des films politiques aux nouvelles formes narratives. Cette collaboration internationale qui a produit plus de 600 films s’arrête b... »
827 lectures

Nos dernières critiques

· Csak a szél   
 

Par Nam Pham
« Culpabilisation ratée. Le film nous fait suivre le quotidien d’une famille en Hongrie. L’appartement est petit et sale. Les mouches volent, les vaisselles sales débordent. Le grand-père ne se lève pas avant midi. La mère, travailleuse assidue, commenc... »

· Bel Ami   
 

Par Nam Pham
« Point de moustache pour le dandy. La première question que l’on se pose quand on voit le casting de Bel-Ami est sans nul doute : Robert Pattinson interprètera-t-il un bon Bel-Ami ? A cause (ou grâce ?) à la série des Twilight, l’a... »

· Tabu   
 

Par Adrien Bordone
« Poème cinématographique. Le nouveau film du réalisateur portugais Miguel Gomes se divise en trois parties, chacune elle-même sous-divisée en séquences que viennent identifier une date ou un mois de l’année. A l’intérieur de ces s&eac... »

· Flying Swords Of Dragon Gate   
 

Par Nam Pham
« Du spectaculaire en relief ; la 3D tant attendue est enfin arrivée.. Grand moment historique ! Il y a de forte chance que Flying Sword of Dragon Gate entre dans les annales de l’Histoire du cinéma en tant que première grosse production utilisant correctement la 3D. ... »

· Gnade   
 

Par Nam Pham
« Presque ennuyeux mais assez beau pour être pardonné. Matthias Glasner aborde le thème de la rédemption avec pour cadre les magnifiques paysages de la Norvège. Mercy est l’histoire d’une famille, tout fraîchement installée dans la petite vil... »

· Rebelle   
 

Par Nam Pham
« Guerres et légendes en Afrique. Quelque part dans le Sud-Sahara vit une jeune fille de douze ans, appelée Komona. Un jour, les rebelles attaquent son village, obligent Komona à tuer ses propres parents puis l’enrôlent de force dans leurs rangs. Elle y apprend ... »

· A Royal Affair   
 

Par Nam Pham
« Sexe et complot dans la Cour du Roi. Ce film historique mélange habillement le thriller politique, la romance et la tragédie. A Royal Affair relate une période importante de l’histoire de la Danemark. En plein siècle des Lumières, les prêt... »

· Csak a szél   
 

Par Nam Pham
« Culpabilisation ratée. Le film nous fait suivre le quotidien d’une famille en Hongrie. L’appartement est petit et sale. Les mouches volent, les vaisselles sales débordent. Le grand-père ne se lève pas avant midi. La mère, travailleuse assidue, co... »

· Haywire   
 

Par Nam Pham
« Le pire film de la compétition ?. Le film de Soderbergh est peut-être le plus mauvais de la compétition. Rien que la lecture du scénario d’Haywire promet une grande perte de temps. Une jeune femme débarque dans un café, un homme entre, entame une... »

· Bai lu yuan   
 

Par Nam Pham
« A trop vouloir faire, on est bon nulle part. A travers l’histoire de deux familles, propriétaires de grands hectares, Fengyi Zhang ambitionne de parler politique. L’histoire se situe à différente époque d’instabilité en Chine : ... »

· Postcards from the Zoo   
 

Par Nam Pham
« Bons souvenirs du zoo. Cette production internationale (Indonésie, Allemagne, Hong Kong, Chine) a pour thème un sujet bien connu de tous : la nostalgie. Plus exactement, celle de notre enfance. Le cadre de Kebun Binatang (Postcards from the Zoo) se situe dans un zoo ... »

· Cesare deve morire   
 

Par Adrien Bordone
« Sans réponse. Très étrange produit que les frères Taviani nous proposent cette année. On s’imagine d’abord que, en nous racontant la façon dont un groupe de prisonniers montent une pièce de théâtre, on pourra vivre avec... »

· L'enfant d'en haut   
 

Par Adrien Bordone
« Enter théorie et réalité. « L’enfant d’en haut », dernier film de Ursula Meier, pose les mêmes questions que son œuvre précédente « Home », mais de façon plus problématique. En effet, le dra... »

· Jayne Mansfield's Car   
 

Par Nam Pham
« Bons sentiments en Alabama. Le scénario du dernier film de Billy Bob Thornton est simple : deux familles réunies suite à la mort d’une femme –premièrement mariée à Jim Cadwell (Robert Duvall) puis à un anglais, Kinsley Bedfor... »

· Captured   
 

Par Adrien Bordone
« Efficacité visuelle. Brillante Mendoza, jeune cinéaste philippin très productif et extrêmement doué, a eu cette année le privilège de tourner "Captive" avec comme actrice principale la décidément très tourné... »

· Aujourd'hui   
 

Par Adrien Bordone
« Danse et cinéma. Il est rare de voir un film aussi non-verbal que « Aujourd’hui », le troisième long-métrage d’Alain Gomis. Non-verbal car en opposition avec le cinéma habituel qui tend, lui, à nous habituer à des suites di... »

· The Iron Lady   
 

Par Sandro De Feo
« De la faiblesse d'une Dame de Fer. Toute d'azur pâle vêtue, une vieille dame fragile s'exclame du prix du lait - qui a encore augmenté - auprès de la caissière qu'elle atteint non sans d'insouciantes et néanmoins irrespectueuses bousculades. Dépa... »

· Dictado   
 

Par Nam Pham
« Histoire de fantôme du passé. Malgré une intrigue qui tire vers le cliché du drame psychologique, Dictado ne fait aucunement partie de ce genre. Le film d’Antonio Chavarrias (Manila, Las Vidas de Celias, Volveras) n’a d’intérêt que son c&oci... »

· Barbara   
 

Par Nam Pham
« Amour de docteur. Barbara, interprétée par Nina Hoss (Something to Remind Me, Wolfsburg) nous emporte aisément dans son intrigue. Le rythme est lent mais peu à peu le charme discret de Barbara nous convainc de la suivre jusqu’au bout du film. Contraire... »

· Extremely Loud And Incredibly Close   
 

Par Adrien Bordone
« Extrêmement lourd et incroyablement long. Structuré un peu à la manière d’un compte de fée, le dernier film de Stephen Daldry (Billy Elliot, The Hours, Le Liseur) nous invite à plonger, avec le petit Oskar Schnell, 9 ans, dans une course au tr&e... »